Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La récupération par les politiques

     

    La classe politique française, le gouvernement en particulier, le Président et son Premier Ministre plus précisément n’ont pas vocation à accompagner la rue dans ses réactions émotionnelles, encore moins à conduire le troupeau lors des marches ou des manifestations. Ces images d’une foule choquée qui manifeste son émoi contre la monstruosité des attentats derrière les hommes politiques est un symbole qui est inquiétant.

    De quel droit l’État, par le biais de ses plus hauts représentants, a pu s’immiscer dans de tels mouvements, et a même eu l’audace de les conduire ? En France, l’État serait-il omniprésent ? L’État serait-il impotent au point de devoir s’abaisser à venir donner du coude et de la voix dans les cortèges populaires ?

    Lire la suite sur contrepoints

  • Communiqué de presse de Carl Lang président du Parti de la France

     

    Le Parti de la France

    Samedi 10 Janvier 2015
    15:42

    v

     

  • Non, les assassins ne sont pas des « fous » ou des « marginaux »

     
     

    C’est avec une émotion indicible que j’apprends l’attaque dont vient d’être victime la rédaction de Charlie Hebdo. Je pense aux journalistes abattus, aux policiers tués, à leurs familles.

    Après 23 ans à parcourir le monde pour défendre la liberté d’information et les journalistes, jamais je n’aurais cru vivre cela dans mon pays, jamais je n’aurais cru cela possible. Personne d’ailleurs, il y a encore quelques années, n’aurait pu l’imaginer.

    Cela étant, il faut cesser la politique de l’autruche.

    Non, les assassins ne sont pas des « fous » ou des « marginaux ». Ce sont des tueurs islamistes qui veulent imposer la terreur comme leurs congénères de Syrie ou d’Irak. La différence est qu’aujourd’hui, après trente ans d’immigration galopante, ces choses-là sont possibles à Paris et en France.

    Non, la rédaction de Charlie Hebdo n’a pas été attaquée par des gens adversaires de la liberté de la presse. Elle a été attaquée parce qu’elle avait osé, courageusement, librement, critiquer l’islam.

    Si des conséquences politiques ne sont pas tirées de cette tragédie, alors, d’autres viendront. Tout doit être fait pour éviter la libanisation de notre pays. Il est encore temps.

  • Communiqué de presse de Carl Lang

    Le Parti de la France

    Mercredi 7 Janvier 2015
    20:30