Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Jacque bompard député


    Jacques Bompard s’est rendu cet après-midi à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Il avait demandé à visiter la cellule de Nicolas Bernard Buss, détenu pour raisons politiques en raison de son opposition à la loi Taubira. La direction de la prison a refusé au motif que le dossier de Nicolas était « en cours d’instruction » et qu’il était « au secret ». Jacques Bompard s’étonne de cette Lire la suite





    Je suis à Fleury-Mérogis pour me rendre compte des conditions de détention de #Nicolas


    Photo : Je suis à Fleury-Mérogis pour me rendre compte des conditions de détention de #Nicolas
     
     
     
     
     
     
     
    À la sortie de la maison d'arrêt de Fleury Mérogis. Je n'ai pas pu voir #Nicolas car son dossier "serait en cours d'instruction" (sic) et il serait au secret. Alors qu'il était jusqu'alors détenu dans le très vétuste bâtiment D4, il a été transféré avant la visite dans le D3 qui est neuf. C'est donc ce bâtiment que j'ai pu visiter. Ce bâtiment dispose d'une douche par cellule. Espérons que les conditions de détention de Nicolas s'amélioreront dans sa nouvelle cellule.
    Photo : À la sortie de la maison d'arrêt de Fleury Mérogis. Je n'ai pas pu voir #Nicolas car son dossier "serait en cours d'instruction" (sic) et il serait au secret. Alors qu'il était jusqu'alors détenu dans le très vétuste bâtiment D4, il a été transféré avant la visite dans le D3 qui est neuf. C'est donc ce bâtiment que j'ai pu visiter. Ce bâtiment dispose d'une douche par cellule. Espérons que les conditions de détention de Nicolas s'amélioreront dans sa nouvelle cellule.

  • Nicolas: la République totalitaire

    Incarcération de Nicolas : la République totalitaire

    nicolas.jpg


    Un régime totalitaire présente cinq caractéristiques : une idéologie unique ; une novlangue ; uneconfusion des pouvoirs économique, politique, médiatique et culturel ; l’alliance de la policepolitique et de la police de la pensée ; les atteintes répétées aux libertés fondamentales. LaRépublique française a basculé dans un tel régime. L’incarcération, le 19 juin 2013, de Nicolas, entant que simple opposant politique, en est l’illustration. Nous vivons à l’heure de la NON-démocratie française. Explications.

    1-Idéologie unique

    Les Français sont enserrés dans le carré carcéral d’une idéologie unique : il leur faut croire aux bienfaits de la mondialisation (heureuse, forcément heureuse !) et de l’immigration (une chance, forcément une chance) ; il leur faut rompre avec toutes leurs traditions (et singulièrement avec la famille) et se repentir de leur histoire (ils sont coupables, forcément coupables). L’idéologie cosmopolite est la seule admise. Elle est négatrice de toutes les distinctions et de toutes les frontières : frontières naturelles du sexe ou de la race ; frontières physiques abolies pour laisser circuler sans règles les hommes, les marchandises et les capitaux ; frontières de l’âme que sont les traditions historiques, artistiques, culturelles ou religieuses.

    Lire la suite sur Polémia

  • Article dans la voix du nord du 19 juin 2013

    Suite à l'article paru dans la voix du nord en ce qui concerne les interventions de Mr kemel député et maire socialiste de Carvin. Il est vrai que les elections municipales ne sont plus très loin, il faut bien redorer le blason socialiste. Je note en effet que M r Kemel doit expliquer pourquoi les lois sur lesquelles l'assemblée nationale travaille prennent 2 à 3ans pour être promulguées. Pouquoi  la loi concernant le mariage pour tous a été promulguée si vite elle n'a pris qu'une semaine !Alors Mr le député donnez-nous une explication!

    Cet article a été envoyé à la voix du nord, nous attendons la publication


  • « Final exit tax », un impôt sur la mort en 2015


    assurance-obsèques-pas-chere.jpgNon, ce n'est pas une plaisanterie !

    Sur le principe de « l’exit tax » pour les contribuables qui quittent la France pour profiter de pays à l’imposition plus clémente, le Ministère de l’Économie envisage d’élargir le système aux défunts. Pierre Moscovici soutient en effet l’idée que la mort est une soustraction définitive à l’impôt qui peut être taxée.(...)

    Plusieurs pistes sont envisagées : la première passe par une augmentation de la TVA sur les prestations funéraires obligatoires. La TVA sur le cercueil passerait ainsi à 38.7 %. La seconde, une saisie forfaitaire de 50 % des liquidités disponibles sur les comptes du défunt. La troisième piste consisterait à rendre payante la déclaration de décès. Un montant de 450 Euros, forfaitaire, a ainsi été envisagé, preuve que l’état des reflexions est bien avancé.

    Lire la suite sur Funéraire info

    En tout cas, ils ne sont pas près de créer une taxe sur les fous, ils seraient les premiers à devoir payer !

  • Allocations Familiales: on vous prend pour des moutons

    Allocations familiales : l’incroyable décision

     

    polygamie.jpgEn France, la nouvelle est restée confidentielle. Mais pas en Algérie (voir notamment Le Matin DZ) : désormais, tout parent algérien installé en France pourra toucher des allocations familiales au titre de ses enfants, nés en Algérie, qui décideraient de le rejoindre. Et même, précise la Cour de Cassation réunie le 7 avril dernier en assemblée plénière, si les enfants en question ont pénétré en France en dehors de toute procédure de regroupement familial. Ce qui s’applique naturellement, d’abord, aux enfants de pères polygames, puisque les autres peuvent, depuis l’institution du système, en 1976, bénéficier dudit regroupement ! Résultat : les hommes ayant «  épousé » plusieurs femmes dans leurs pays vont pouvoir, sans contourner la loi française comme ils le faisaient jusqu’à maintenant (en faisant passer, par exemple, leurs compagnes pour des « mères isolées »), financer légalement le séjour en France de leur descendance.

    Lire Valeurs actuelles

  • RACISME ANTI-BLANC:silence médiatique.

    Obligés de fuir leur quartier parce que blancs : gros plan sur une famille victime d'un racisme qui n'intéresse pas les médias

     

    Racisme-antiblanc-stop.jpgLe 30 juin 2010, dans un quartier habité par une forte communauté maghrébine, une famille ostracisée par son voisinage est exfiltrée de son domicile par les policiers sous un torrent de menaces et d'injures racistes anti-blanc. L'affaire a été jugée ce jeudi dans le silence médiatique.

    Lire la suite sur Atlantico

  • Quand l'Etat devient policier, les chrétiens doivent-ils craindre davantage de persécutions?

     

     

    C'est ce que pense l'auteur de cet article sur "chrétiens dans la cité" : 

     

    "Avant, en marge et après les manifestations contre le pseudo-mariage homo, l'appareil répressif de l’État français s'est déchaîné avec une violence inhabituelle.

     Les médias internationaux s'émeuvent de plus en plus du comportement des forces de l'ordre vis-à-vis des opposants à la loi Hollande-Taubira. Le gouvernement français a été sommé de s'expliquer devant le Conseil de l'Europe. Le Défenseur des droits a été saisi à son tour. Le Point pose la question : Manif pour tous ou garde à vue pour tous ? et répond par une série de témoignages accablants. Il est vrai que la possibilité technique de filmer les agissements des policiers et de diffuser les images sur les réseaux sociaux permet de les constater de visu.

    Il est ainsi patent que des policiers en civil ont infiltré les manifestants au soir du 26 mai afin de provoquer des incidents. Certes, le procédé visant à organiser les « dérapages » n'est pas nouveau sous la VeRépublique, mais il avait été jusqu'alors surtout utilisé pour disqualifier, dans les années 70, les manifestations gauchistes.

    Un autre phénomène est constatable : les rafles massives de centaines d'hommes et de femmes de tous âges : jeunes, mères de famille, femmes enceintes, personnes âgées (l'une d'elles avait 79 ans!) ou handicapées... Ces interpellations sont suivies de gardes à vue arbitraires, avec de multiples brutalités, grossièretés, vexations (y compris sexuelles) et humiliations. Certains policiers avouent être écœurés par les ordres reçus, ignorant les sanctions qu'ils encourent en y obéissant (art. 122-4 et 432-4 du Code pénal). Les droits de la défense ainsi que le code de procédure pénale sont bafoués" (suite).

    Lahire

  • Retraite: position du Parti de le France

    Mercredi 5 juin 2013

    Carl-March-.jpgAlors que le rapport de la commission Moreau qui sera remis la semaine prochaine au gouvernement propose des mesures rabotant les retraites des Français, voici un rappel de la position du Parti de la France sur ce sujet.

     

    La réflexion de fond doit évidemment nous amener à aborder, pour un redressement durable du système social, les questions clés de la politique démographique et donc familiale ainsi que de la politique économique.

     

    famille francaise Les plus irresponsables des politiciens qui ont sacrifié depuis des décennies la politique familiale finissent par mesurer les conséquences de leurs inconséquence sur la démographie française. En passant du “babyboom” des années 50, au “papyboom”, il était évident et inévitable que finirait par se poser le problème du rapport entre les actifs et les retraités.

     

    La première mesure d'urgence pour un traitement de fond consiste donc à mettre en place une politique énergique et immédiate de soutien aux familles françaises, d'accueil de la vie et de protection sociale des mères de famille.

     

    La deuxième réponse de fond porte évidemment sur la politique économique elle-même puisque le financement de notre protection sociale ne peut venir que des prélèvements sociaux ou fiscaux. L'idéologie économiquement et socialement criminelle du marché ouvert à tous vents, du libre-échange total et de la concurrence planétaire sauvage a pour effet la désindustrialisation, les délocalisations, le chômage de masse et durable et la régression sociale.

     

    Il n'y a pas de cotisations sociales sans cotisants, pas de cotisants sans emplois, pas d'emplois sans entreprises.

     

    Affiche-Carl-copie-1.jpgLa reconquête économique de notre marché intérieur par un protectionnisme commercial modulable et la mise en place de règles équitables du commerce mondial ainsi que le principe de préférence nationale puis européenne à l'embauche sont la deuxième clé nécessaire du traitement de fond.

     

    Les questions de forme d'une nécessaire réforme doivent s'articuler autour des principes d'équité, de responsabilité et de liberté.

     

    On entend bien les syndicats parler des retraites des salariés du privé ou de celles des fonctionnaires, mais personne ne semble s'intéresser aux lamentables retraites des agriculteurs, des commerçants, des artisans et des travailleurs indépendants.

     

    retraitesLa première mesure d'équité sociale à mettre en œuvre sera donc l'harmonisation de tous ces régimes du privé en créant un véritable régime national des retraités du privé et une caisse nationale de retraite commune à tous les travailleurs non fonctionnaires. Une évaluation en points des années de cotisation dans les différents régimes regroupés serait probablement la méthode la plus simple et la plus juste de calcul.

     

    Les mesures de responsabilité financière doivent tenir compte de la réalité économique et sociale au temps T. Les principaux paramètres de gestion financière sont assez bien définis : le nombre de pensionnés, le niveau des pensions, le nombre cotisants, le niveau des cotisations salariales et patronales, la durée de cotisations, l'âge des droits à la retraite et la fiscalité transférée au financement du régime des retraites.

     

    solidarite generations Il paraît clair que dans l'attente des résultats d'une nouvelle politique économique et démographique pouvant agir sur la réduction du chômage et donc sur l'augmentation du nombre de cotisants, on ne peut évidemment pas envisager de réduire les pensions des retraités pour équilibrer le régime. Le vrai paramètre qui prend en compte la réalité de l'augmentation de la durée de vie des Français ne doit pas être celui de l'âge légal mais celui de l'augmentation de la durée de cotisation, à la condition évidente que les emplois soient disponibles en priorité aux Français. Il n'y aura pas de redressement social sans préférence nationale.

     

    Par ailleurs, le paramètre de l'augmentation des cotisations sociales, salariales ou patronales ne pourrait avoir qu'un effet anti-économique et anti-social en réduisant la compétitivité des entreprises ainsi que le niveau de vie, de consommation et d'épargne des salariés.

     

    Carl Lang UDT MNR 2011Une fiscalité non anti-économique ne peut venir ni de l'augmentation des impôts, ni de l'augmentation de la CSG, mais doit provenir de la restauration de droits de douane sur les produits d'importation extra-communautaires affectés au financement de nos régimes de retraite et de notre politique familiale. A défaut, une TVA spécifique sur les produits d'importation devrait être affectée au financement de nos régimes sociaux. Ces mesures permettraient d'une part de faire financer en partie notre protection sociale par les produits d'importation et d'autre part de permettre aux entreprises françaises de ne plus être victimes du dumping social, fiscal et écologique qui profite aujourd'hui à de nombreux pays comme la Chine.

     

    http://www.avantages-fiscaux.fr/wp-content/uploads/2012/10/la-retraite-2013-300x300.jpgEnfin, le dernier principe à affirmer doit être celui de la liberté de choix. Il appartient à chaque Français du secteur privé, en fonction de son parcours personnel, de la durée de ses études, de l'âge du premier emploi, de ses possibilités et de sa carrière, de pouvoir prendre sa retraite en toute liberté à l'âge souhaité sans le couperet d'un “âge légal” qui est inadapté, inutile et totalitaire.

     

    Nous devrons aussi, en plus du premier étage du système qui est celui de la retraite par répartition et des retraites complémentaires, continuer à soutenir le développement encadré et régulé des systèmes de retraite par capitalisation.

     

    C'est par l'affirmation de nos principes d'équité, de responsabilité, de liberté, de protection économique et de préférence nationale que le Parti de la France porte un projet de reconquête sociale.

     

    Il n'y a pas de réponse comptable à la crise mais une réponse globale.

     

    Affirmons notre liberté de choisir une retraite à la carte.