Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Communiqué de Carl Lang

    Financement public des campagnes électorales et financement public des partis politiques:Il faut en finir!

    Lundi 19.12.2011
     
     
     

    Au palmarès des valeurs et des traditions de la cinquième république nous avions déjà les politiciens corrompus et fraudeurs avec leurs comptes en Suisse, les valises de billets de certains chefs d'Etats africains, les financements occultes des partis politiques, les petites enveloppes et les grosses rétro commissions.

    Pour cette année 2011, la Marianne d'or est, sans hésitation possible, attribuée à l'ancien président de la république Jacques Chirac pour sa condamnation à deux ans de prison avec sursis aux motifs de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de prise illégale d'intérêt.

    Les Français seront par ailleurs heureux et rassurés de savoir qu'en sa qualité de membre du Conseil constitutionnel, Jacques Chirac pourra contrôler et valider les comptes de campagne des candidats à l'élection présidentielle.Face à l'indécence financière et aux gabegies de la caste politique, Carl LANG, président du Parti de la France et candidat de l'Union de la Droite Nationale à l'élection présidentielle propose:

    -La suppression du financement public des campagnes électorales et la seule prise en charge pour tous les candidats des documents officiels remis aux électeurs ou affichés sur les panneaux électoraux.

    -La suppression du financement public des partis politiques qui, non seulement n'a pas mis un terme à la corruption, mais porte atteinte à l'égalité démocratique et offre un privilège financier exorbitant aux partis en place.

    -La réduction de 20% du nombre de députés et de sénateurs.

    -La réduction drastique du train de vie de l'Assemblée nationale, du Sénat, des grandes collectivités territoriales, de l'Etat et des Institutions Européennes.

    La caste politique et gouvernementale qui a conduit la France au surendettement et au déclin continue d'afficher, sans aucun scrupules, un choquant faste républicain alors que le peuple français et le pays réel sont livrés à la précarité économique et sociale, à la paupérisation généralisée et au chômage de masse.

    Puisque les Français vont devoir payer très lourdement les conséquences de l'irresponsabilité, de l'incompétence et de la démagogie de leurs dirigeants politiques, le temps est venu d'imposer aux tenanciers de cette République de se serrer, eux aussi, la ceinture!

  • Diffamation envers Christian BAECKEROOT


    René Declercq 20 décembre 17:55

    LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE a, dans son arrêt du 11 octobre 2011, rejeté le pourvoir formé par Madame Marion Le Pen et Messieurs Louis Aliot et Jean-Marie Le Pen contre l'arrêt de la cour d'appel de VERSAILLES, 21ème chambre, en date du 27 janvier 2011 et fixé à 2.000 € les frais de procédure dus par les demandeurs à Monsieur Christian BAECKEROOT;

    En conséquence l'arrêt de la COUR D'APPEL DE VERSAILLES est définitif.
    Cet arrêt stipule (extraits) :

    Sur le caractère diffamatoire
    "Le fait d'imputer à Christian BAECKEROOT d'avoir "grossièrement insulté en public" ou "lâchement et publiquement insulté" le président du CNC Roger HOLEINDRE en hurlant "en ces termes indignés" "tu es une merde, un salopard, une ordure je l'ai toujours su", est de nature à porter atteinte à l'honneur et à la considération de Christian BAECKEROOT et présente un caractère diffamatoire, ce qui n'est d'ailleurs pas contesté par les prévenus."
    ………
    Sur la bonne foi
    "En effet sur le premier point, le contexte de combat politique interne à un parti qui est celui de la présente affaire, à savoir une scission au sein du Front National, pas plus que la défense d'une "figure historique" de ce parti, ne justifient l'exploitation de propos qui, à les supposer exactement rapportés, se situaient dans le cadre d'un échange entre deux personnes dont le contexte n'est pas restitué et dont la publicité est demeurée restreinte aucune autre personne que celui à qui les propos ont été tenus n'en ayant été témoin."
    ………
    "La volonté d'instrumentaliser à des fins politiques un incident ne concernant pas directement les prévenus ne peut être retenue comme légitime."
    ………
    "En outre Roger HOLEINDRE lui-même a manifesté sa volonté de ne pas donner suite à l'incident qu'il avait évoqué puisque dans un communiqué de presse en date du 21 novembre 2008 il édulcore les propos qui ont pu être tenus et indique qu'il ne tient "absolument pas à envenimer une polémique stérile" ; or la "lettre ouverte de Marine LE PEN à Carl LANG" en date du 24novembre est postérieure à ce communiqué, ce qui confirme la volonté d'exploitation des faits par animosité politique mais aussi personnelle de l'intéressée.
    "C'est donc à juste titre que le tribunal n'a pas retenu la bonne foi des prévenus.

    PAR CES MOTIFS 
    LA COUR, après en avoir délibéré, statuant publiquement et contradictoirement,
    ……….



    AU FOND :
    Sur l'action publique :
    CONFIRME la décision déférée sur la culpabilité et sur les peines prononcées :
    Sur l'action civile 
    CONFIRME le jugement en ce qu'il a condamné Jean-Marie LE PEN à verser à Christian BAECKEROOT la somme de 1 € (un euro) à titre de dommages-intérêts :
    CONFIRME le jugement en ce qu'il a ordonné la suppression des sites internet du Front National des deux textes visés ainsi que toute référence à ces textes permettant de retrouver les passages incriminés, sous astreinte de 50 € (cinquante euros) par jour de retard à l'expiration du délai de deux mois après notification de la présente décision :
    LA REFORMANT pour le surplus et Y AJOUTANT :
    CONDAMNE solidairement Louis ALIOT et Marion LE PEN à verser à Christian BAECKEROOT la somme de 5.000 € (cinq mille euros) à titre de dommages-intérêts ;
    ORDONNE la publication d'un communiqué faisant état du présent arrêt :
    - sur les sites officiels du Front Nationalhttp://www.facebook.com/l/zAQHemn4KAQFmACYUMkaZI6Wk72fj7Hw9Yad4btWYlgCs4w/www.frontnational.com et "e-deo.info" pendant la durée de 1 (un) mois, sous astreinte de 100 € (cent euros) par jour de retard à compter du jour de notification de la présente décision,
    - sur 3 numéros consécutifs du magazine bi-mensuel du Front National "Nations presse Magazine" sous astreinte de 100 € (cent euros) par numéro de retard après la notification de la présente décision.
    CONDAMNE Jean-Marie LE PEN, Louis ALIOT et Marion LE PEN, chacun à verser à Christian BAECKEROOT la somme de 1.500 € (mille cinq cents euros) au titre de l'article 475-1 du code de procédure pénale pour l'ensemble de la procédure.

     
     

  • COMMUNIQUE DE PRESSE DE CARL LANG


    PRESIDENT DU PARTI DE LA FRANCE

    CANDIDAT DE L'UNION DE LA DROITE NATIONALE A LA PRESIDENTIELLE

    Financement public des campagnes électorales et financement public des partis politiques: Il faut en finir!

    Au palmarès des valeurs et des traditions de la cinquième république nous avions déjà les politiciens corrompus et fraudeurs avec leurs comptes en Suisse, les valises de billets de certains chefs d'Etats africains, les financements occultes des partis politiques, les petites enveloppes et les grosses rétro commissions. Pour cette année 2011, la Marianne d'or est, sans hésitation possible, attribuée à l'ancien président de la république Jacques Chirac pour sa condamnation à deux ans de prison avec sursis aux motifs de détournement de fonds publics, d'abus de confiance et de prise illégale d'intérêt.

    Les Français seront par ailleurs heureux et rassurés de savoir qu'en sa qualité de membre du Conseil constitutionnel, Jacques Chirac pourra contrôler et valider les comptes de campagne des candidats à l'élection présidentielle.Face à l'indécence financière et aux gabegies de la caste politique, Carl LANG, président du Parti de la France et candidat de l'Union de la Droite Nationale à l'élection présidentielle propose:

    -La suppression du financement public des campagnes électorales et la seule prise en charge pour tous les candidats des documents officiels remis aux électeurs ou affichés sur les panneaux électoraux.

    -La suppression du financement public des partis politiques qui, non seulement n'a pas mis un terme à la corruption, mais porte atteinte à l'égalité démocratique et offre un privilège financier exorbitant aux partis en place.

    -La réduction de 20% du nombre de députés et de sénateurs.

    -La réduction drastique du train de vie de l'Assemblée nationale, du Sénat, des grandes collectivités territoriales, de l'Etat et des Institutions Européennes.

    La caste politique et gouvernementale qui a conduit la France au surendettement et au déclin continue d'afficher, sans aucun scrupules, un choquant faste républicain alors que le peuple français et le pays réel sont livrés à la précarité économique et sociale, à la paupérisation généralisée et au chômage de masse.

    Puisque les Français vont devoir payer très lourdement les conséquences de l'irresponsabilité, de l'incompétence et de la démagogie de leurs dirigeants politiques, le temps est venu d'imposer aux tenanciers de cette République de se serrer, eux aussi, la ceinture!

    Lire la suite

  • Il faut que vous le sachiez

     

    Claude Guéant déclarait récemment que le nombre d'immigrés légaux passerait de 200 000 à 180 000

    par an.

    Source officielle du journal le 4 vérités hebdo:

    Sur ces 200 000 24% sont des demandeurs d'emplois " immigrés non européens" 3 fois plus que

    le taux de chômage national. Cette immigration est l'une des causes les plus graves des dépenses 

    sociales soit 75 milliards d'euros par an, ce qui pèse lourdement sur la marge des entreprises et sur

    la capacité d'embauche et d'investissement.  Il est possible que l'immigration ait été jadis une chance

    pour la France , elle est aujourd'hui une charge trop pesante pour le pays . Il est vrai que la gauche

    comme la droite sont pour l'immigration qui est le moulin à eau de leur électorat. 

     

     

     N B: Il semblerait que nos politiciens de tous bords  sentent à l'approche des présidentielles renaître

    la fibre patriotique qui leur a fait défaut depuis plus de trente ans reprenant le programme de l'union

    des droites nationales. 

     

  • Procés FN/Rivarol

     

    jeudi, 15 décembre 2011

    Procés FN/Rivarol : LA MONTAGNE ACCOUCHE D'UNE SOURIE !

    jjjjg.jpgPar Jérôme Bourbon

    Directeur de Rivarol

     

    Le 9 décembre la XVIIe chambre correctionnelle de Paris rendait sa décision dans le procès que nous avaient intenté Jean-Marie Le Pen et le Front national à la suite d’un article paru dans RIVAROL du 15 octobre 2010 en pleine campagne interne pour la succession du Menhir à la tête du mouvement qu’il a présidé trente-huit ans durant. Deux phrases de l’article étaient incriminées. Voici la première : «Si Le Pen voulait absolument que ce fût sa fille qui lui succédât et personne d’autre, il aurait mieux valu le dire clairement, imposer à tous sa progéniture comme dans la communiste et tyrannique Corée du Nord et ne pas faire semblant d’organiser une élection démocratique ouverte à tous». Pour cette considération, faite de surcroît au conditionnel, Jean-Marie Le Pen nous demandait «30000euros à titre de dommages et intérêts avec intérêts de droit et la somme de 20000euros sur la base de l’article 475-1 du code de procédure pénale ainsi qu’en tous les dépens».

    Le second passage poursuivi était le suivant: «et comme si cela ne suffisait pas des témoignages concordants nous font part que des centaines d’adhésions sont actuellement bloquées au mépris des statuts». Pour cet écrit le Front national demandait aux Editions des Tuileries et à votre serviteur «la somme de 15000euros de dommages et intérêts avec intérêts de droit et la somme de 2000euros sur la base de l’article 475-1 du code de procédure pénale, ainsi qu’en tous les dépens». Le Front national et son président nous réclamaient donc la modique somme de 50 000 euros, de quoi nous assassiner compte tenu des moyens modestes du doyen des organes de la droite nationale et radicale.

    UNE QUASI-RELAXE

    Finalement, grâce à l’excellente plaidoirie de notre brillant avocat, Me Jérôme Triomphe, grâce aux documents et attestations que nous avions versés à titre d’offre de preuve, grâce aux arguments que nous avons pu développer à la barre lors du procès le 28 octobre dernier, nous sommes quasiment relaxés. Lors de l’audience le procureur avait d’ailleurs demandé notre relaxe pure et simple. Nous l’avons obtenue pour le premier passage incriminé. Sur le second, la relaxe eût été totale sans l’expression «au mépris des statuts». Le tribunal nous a en effet condamnés à trois cents euros avec sursis pour cette expression selon lui insuffisamment prouvée et à un euro de dommages et intérêts pour diffamation publique envers particulier à Jean-Marie Le Pen. Le FN et le Pen nous réclamaient 50 000 euros, nous sommes de fait condamnés 50 mille fois moins, à un euro purement symbolique. C’est dire que ce jugement est globalement satisfaisant. Nous ne ferons évidemment pas appel car nous n’avons nullement l’intention d’alimenter cette guéguerre désolante et nous espérons que le FN et son président d’honneur n’interjetteront pas appel de cette décision. Mais s’ils le faisaient, nous nous battrions lors de ce nouveau procès avec la même énergie et la même combativité qu’en première instance car, devant l’épreuve, il faut savoir faire face. Il est cependant fâcheux que l’on nous ait poursuivis alors même que nous aurions naturellement publié un droit de réponse ou même une interview, fût-elle sportive. Après tout, nous avions bien publié peu de temps avant cet article incriminé un long entretien sur une page entière avec Alain Jamet, président du comité de soutien à Marine Le Pen.

    LA LEGITIMITE DE NOS CRITIQUES

    De plus, nous étions tout à fait sincères dans nos écrits car nous avions reçu en effet des témoignages, oraux mais aussi écrits, qui nous affirmaient, preuves à l’appui, qu’il y avait lors de cette campagne électorale interne particulièrement déséquilibrée de troublantes irrégularités. Nous n’avions donc pas écrit n’importe quoi. Nous nous étions seulement fait les relais de militants, d’adhérents inquiets, désabusés et en colère devant ce qui se passait. Comment était-il possible en effet qu’un mouvement qu’ils avaient connu, aimé et servi utilisât de telles méthodes dignes de ses pires adversaires dans le cadre d’une campagne électorale interne entre deux compétiteurs appartenant à la même formation politique et désireux de succéder au président-fondateur? Le tribunal reconnaît d’ailleurs notre bonne foi dans ses attendus: «Il était légitime pour un journaliste politique, doublé d’un militant favorable à Bruno Gollnisch, de consacrer un article, fût-il polémique, à l’élection à la présidence du FN, opposant Marine Le Pen et Bruno Gollnisch; qu’aucune animosité personnelle à l’égard de Jean-Marie Le Pen, préexistante et étrangère à l’objet de l’article en cause, ne ressort des propos poursuivis, ni d’aucun autre élément produit aux débats; que Jérôme Bourbon, en tant que journaliste, mais également de militant partisan de Bruno Gollnisch contre Marine Le Pen, s’exprimant dans un cadre de polémique politique et électorale autorisant une grande liberté de ton, ainsi que le recours à une certaine dose d’exagération voire de provocation, disposait— au vu des attestations et lettres produites relatives au rejet d’adhésions émanant, pour certaines, de personnes favorables à Bruno Gollnisch— d’éléments d’information suffisants pour s’exprimer ainsi qu’il l’a fait, à la seule exception cependant de l’allégation imputant à Jean-Marie Le Pen d’avoir agi “au mépris des statuts” du FN.»

    LA QUESTION DES STATUTS

    Si ces attendus sont donc globalement positifs, nous comprenons assez mal en revanche la réserve sur les statuts car si le tribunal reconnaît qu’il était légitime de parler de blocage de certaines adhésions de partisans de Gollnisch au vu des attestations fournies, c’est a priori une entorse aux statuts car jusqu’à preuve du contraire dans quelle association de loi 1901 est-il permis de trier arbitrairement les demandes d’adhésion en fonction de la proximité supposée envers tel ou tel compétiteur, tous les deux adhérents de la même association et souhaitant être élus par les adhérents à la présidence du mouvement ?

    Las, les procès intentés par la direction du Front national ne s’arrêtent pas là puisque Marine Le Pen poursuit notre hebdomadaire et son directeur de publication pour un article de François-Xavier Rochette publié le 7 janvier 2011 et qui reprenait des informations de VSD peu flatteuses sur celle qui était encore candidate à la présidence du Front national. Le 26 juin, c’est votre serviteur (mais non pas directement RIVAROL) qui est également cité à comparaitre par Mme Le Pen, qui s’avère encore plus procédurière et chicaneuse que son géniteur, pour une interview donnée le 16 octobre 2010 au site catholique traditionaliste e-deo dans laquelle étaient notamment dénoncées les purges faites par la benjamine du Menhir pour s’emparer du mouvement.

    UNE DÉTESTABLE JUDICIARISATION

    Nous regrettons beaucoup toutes ces procédures d’autant plus détestables lorsqu’elles émanent de personnalités que l’on rattache de près ou de loin à la droite dite nationale. Si nous avions dû engager des procès à chaque fois que nous avons été violemment attaqué, y compris avec des injures et insultes personnelles, sur les sites marinistes et singulièrement sur Nations Presse Info dirigé par le concubin sépharade de Marine Le Pen, M. Louis Aliot, actuellement en voyage en Israël, nous aurions encombré les tribunaux. Mais ce n’est pas le genre de la maison. Cette judiciarisation de la vie politique est de toute façon très préjudiciable. Le Front national se plaint non sans raison du manque de liberté d’expression dans notre pays, ce dont il est souvent victime. Mais il serait plus crédible si lui-même n’avait pas la fâcheuse habitude de multiplier les procédures contre tous ceux qui, à un moment ou à un autre, émettent des critiques sur la personnalité et les méthodes de ses dirigeants, le mode de fonctionnement du mouvement ou l’évolution de sa ligne politique ou de son programme.

    Nous remercions encore une fois de tout cœur les lecteurs qui nous ont, nombreux, manifesté leur solidarité et leur incompréhension en apprenant les poursuites du Front national et de son président-fondateur contre nous, mouvement que nous avions loyalement et chaleureusement soutenu sans aucune contrepartie pendant des décennies, appuyant toutes les candidatures présidentielles de son chef historique de 1974 à 2007 inclusivement.

    Un mouvement dont les dérives ne peuvent qu’attrister profondément les militants les plus lucides et les plus désintéressés car, du voyage d’Aliot en Israël en passant par l’interview toute récente de Marine Le Pen au magazine homosexualiste et pornographique Têtu (où elle se redit favorable au Pacs et ne se montre pas du tout attachée à la morale traditionnelle dans les questions dites sociétales) jusqu’aux révélations de L’Express affirmant que la présidente du FN fréquentait à Paris, à deux pas de l’Arc de Triomphe, le même établissement nocturne que DSK, on se dit que, du FN à l’extrême gauche, c’est finalement peu ou prou le même monde, les mêmes méthodes et les mêmes mœurs.

     

    02:15 Publié dans Combat nationaliste et identitai

  • Les préfets fantômes

    Encore un scandale économique républicain : les préfets fantômes

    Des dizaines de hauts fonctionnaires ont le titre de préfet alors qu’ils ne le sont pas.
    Un copinage politique qui leur permet notamment de toucher une retraite de préfet sans en exercer la fonction.

    Parmi eux, prenons les exemples des politicards PS Michel Vauzelle et Michel Delebarre. Ils touchent aujourd’hui une pension mensuelle de 4.000 € brut en tant que préfets fantômes, qui vient s’ajouter à leurs indemnités de parlementaires et d’élus locaux : soit 15.124 € brut (Michel Delebarre) et 9.760 € brut (Michel Vauzelle). Sans compter pour chacun une indemnité (forfaitaire) représentative de frais de mandat de député de 6.000 € net.
    D’ici quelques années, lorsqu’ils décideront d’abandonner leurs mandats, ces deux parlementaires pourront cumuler la totalité de leurs retraites de préfet, de parlementaire et d’élu local ! Soit en tout, de l’ordre de 12.000 € mensuels brut pour le premier et 10.000 pour le second.
    Rappelons que, selon l’Insee, le montant moyen brut des pensions en France s’élevait, en 2009, à 1.196 € par mois…

    Source et détails

    • Share/Bookmark
  • La commission parlementaire sur l'argent des syndicats détruit sontravail

     

    Une commission d'enquête parlementaire, après six mois de travail, l'audition d'une cinquantaine de personnes, a mis son rapport au pilon. L'argent du contribuable est bien utilisé... Toute trace des auditions comme du rapport définitif a disparu des archives de l'Assemblée nationale. Mieux : toute communication sur le texte final est proscrite, sous peine de poursuites au pénal.

    Cette commission d'enquête aurait établi que les syndicats touchent chaque année 4 milliards d'euros de la collectivité alors que les cotisations ne représentent que 3 à 4 % de leur budget. Chiffres indémontrables, faute de rapport parlementaire.

    Il reste à savoir pourquoi  l'UMP a reculé. La décision d'enterrer le rapport a été prise mardi matin, au bureau du groupe UMP de l'Assemblée nationale.

    Michel Janva

  • Turquie

     PRESIDENT TURC TRAITE L’UE DE « MISERABLE »

    mercredi 23 novembre 2011, par Michel Dantan

    Les bornes de l’arrogance viennent d’être franchies une nouvelles fois par les autorités turques. Cette fois ci, c’est le Président de la Turquie en personne, Abdullah Gul, qui est monté au créneau pour s’en prendre vertement à l’Union Européenne pour ne pas avoir renoncé à confier sa présidence tournante à Chypre du Sud prévue pour mi 2012. Incapable de refreiner une colère qui en dit long sur le peu d’estime dans laquelle les autorités turques tiennent l’Europe et les chypriotes grecs, le premier magistrat turc a déclaré à propos de Chypre « Maintenant ce demi pays, ce pays inachevé, va prendre la tête de la présidence de l’Union Européenne. Ce sera une demi-présidence qui dirigera une misérable Union. Telle est l’expression que j’ai employée à l’adresse des leaders de l’UE ». Tels sont les propos du Président turc Abdullah Gul que le quotidien stambouliote Aksam vient de rapporter. Par ailleurs, la Turquie menace de geler ses relations avec l’Europe si Chypre doit accéder à la présidence tournante de l’UE sans qu’au préalable un accord ait été trouvé sur la question Chypriote. Placée sous les auspices de l’ONU, la réunification de l’île devrait dés le mois de janvier prochain faire l’objet de nouvelles négociations entre dirigeants chypriotes grecs et turcs. Avec des chances d’aboutir toujours aussi minces, la Turquie demeurant arc boutée sur ses positions maximalistes, et partant, la perspective de voir la Turquie entrer dans l’UE repoussée aux calendes grecques. Les jours qui viennent diront si les chancelleries et les députés européens ont l’intention ou pas de réagir à l’avanie qui vient de leur être infligée.

    Source : B92

     

  • Histoire de famille

    succession, généalogie, Par Pierre Picace

    Jean-Marie Le Pen, 87 ans en 2014, prépare t-il une nouvelle fois sa succession? Cette fois se serait en faveur de sa petite fille. Selon le journal La Provence, Marion Maréchal, 21 ans, devrait être parachutée sur la 3e circonscription du Vaucluse lors des élections législatives de 2012. Une implantation qui pourrait permettre dans le temps à une Le Pen de succéder à un Le Pen à la tête du groupe FN en PACA. Une perspective qui fait déjà grincer des dents aux "grincheux" locaux qui s’y voyaient déjà…

    Source

     Peut-on dire que la situation de la France les préoccupe vraiment? ou est-ce simplement leur nom LE PEN qui doit-être pérénisé?