Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A partir de 2007 le discours de la famille Le Pen sur l'Islam a radicalement changé

 

 


Rappel :




Jusqu'en 2007 la position du Front National devant l'Islam avait été exprimée à de nombreuses reprises et notamment par Jean-Marie Le Pen "je crois pour des raisons très profondes que l'Islam est incompatible avec la culture européenne…. car l'Islam ne peut séparer le laïc du sacré , la religion du politique….La charia est la loi de l'Islam ! (L'heure de vérité 27/01/1988)


Avec la campagne présidentielle de 2007, dont Marine Le Pen assurait la direction stratégique, on assiste à un changement total.


Avec le discours de la dalle d'Argenteuil, Le Pen n'est plus le défenseur des Français de souche mais flatte les "jeunes" des banlieues, justifie leur "révolte" et excuse leurs violences intolérables en leur disant "vous êtes des victimes".


En 2009 Jean-Marie Le Pen oubliant ses engagements déclare : "les cinq piliers fondamentaux de l'Islam sont parfaitement compatibles avec la société française" et poursuit sa réponse en attaquant les religions chrétiennes !


En mars 2010 un élu de la liste conduite par Marine Le Pen (Région Nord-Pas-de-Calais) s'avère être le premier fournisseur des boucheries HALAL de la Région etSteeve Briois, secrétaire général du Front "mariniste" (ex Front National), estime que l'engagement politique derrière Marine Le Pen n'est en rien contraire au financement de l'islam et des mosquées.


En mai 2011 Marine Le Pen, critique Geert Wilders, "populiste" (sic) des Pays Bas et estime, au contraire, de celui-ci, que "l'Islam est compatible avec la démocratie" en affirmant que l'Islam n'implique pas la charia.


Depuis, l'hiver islamique se met en place après le printemps arabe :
- la charia est proclamée en Libye par le Président du CNT
- en Egypte les militaires assassinent les cooptes et financent l'action sociale des islamistes pour se concilier les bonnes grâces des futurs vainqueurs des élections"démocratiques"
- en Tunisie les femmes craignent l'abandon du statut imposé par Bourguiba et le retour en force de la charia, tandis que les jeunes, à l'origine de la Révolution de Jasmin et qui ne sont pas déjà partis pour l'Europe, n'ont ni emploi, ni avenir.


Devant le "retour en force" de la charia inséparable de l'Islam, ce qui était tout à fait prévisible, "Fifille" se dépêche, grâce à la complaisance des médias, de dire le contraire de ce qu'elle a dit hier.


Vous avez dit candidate "nationale" ?


Les cocus seront nombreux en avril 2012 !

Les commentaires sont fermés.