Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • PRÉSIDENTIELLE CARL LANG DÉMARRE SA CAMPAGNE… À VALDOIE


    Photo Karine Frelin

    Christophe Devillers, délégué du Parti de la France en Franche-Comté, a accueilli hier, avec des militants, Carl Lang, son président qui part en campagne pour 2012. Le drapeau tricolore décorait la façade de l’hôtel-restaurant La Parenthèse à Valdoie hier. Et pour cause : le Parti de la France, qui arbore aussi ces couleurs, y accueillait Carl Lang, son président national et ses militants. L’intéressé ne se fait guère d’illusions sur l’intérêt qu’il suscitera auprès des grands médias nationaux. Alors, il séduit sur le terrain, flanqué de ses délégués régionaux, dont Christophe Devillers, qui a eu l’honneur, hier, d’ouvrir la campagne 2012 pour son président.

    Je ne renonce jamais
    Carl Lang n’est pas un inconnu : à la présidentielle 2007, il émargeait encore au Front national, qu’il a quitté début 2009. Son Parti de la France a deux ans, et déjà un programme dont son président égrène les grandes lignes, insistant bien sur les notions d’économie politique : « Je souhaite baser ma campagne autour de la notion d’une reconquête globale, économique, sociale, démocratique et diplomatique car nous sommes dans un état de crise générale et aucune solution n’émane du pouvoir en place ». Concrètement : « Il faut remettre l’état à sa place, réduire les dépenses publiques, ramener à zéro le coût de l’immigration, la France ne peut plus en supporter le poids ». Alors, Carl Lang, s’il évoque un « retour des règles, la préférence communautaire pour l’économie », imagine aussi l’instauration de « référendums veto » qui mettraient les élus sous « tutelle démocratique et budgétaire ». Plus à droite que le Front national, comme on l’entend ici ou là ? Carl Lang tente le distinguo : « Je suis de droite nationale européenne et démocratique. Nicolas Sarkozy est de droite mondialiste. Madame Le Pen est de droite étatiste, et je suis hostile à toute forme d’intervention étatiste ».

    Le candidat, qui va désormais partir à la pêche aux 500 parrainages, pour pouvoir se présenter officiellement, promet de ne pas faire « de démagogie ». Et avoue : « Je ne renonce jamais ».

     

  • Sénatoriales

    Les résultats des élections sénatoriales dans le Pas de Calais sont sans surprise.

    La liste d'union de la droite nationale a un score relativement faible. nous ne comptions que sur 3 voix nous en avons obtenu 15 ce n'est  pas certes, une défaite bien au contraire. Nous ne sommes pas connus des grands électeurs, nous ne sommes pas médiatisés commes les grands partis qui ont ruiné notre pays.

    Si notre score est resté scotché au plancher comme l'insinue le journaliste de V D N Marco Verriest, cela nous a permis de faire connaître notre Président Carl Lang pour les présidentielles à défaut d'être invité par la presse écrite et télévisée. 

     Dans les prochaines semaines nous commencerons la recherche des signatures des Maires. 

    Il serait souhaitable que les sénateurs soient élus par le peuple. 

  • PRÉSIDENTIELLE : PLUS A DROITE QUE MARINE LE PEN

     

    mercredi 14 septembre 2011, par Pierre Picace

    L’ancien secrétaire général du Front national, Carl Lang, a officialisé mardi à Paris sa candidature à la présidentielle. Ce n’était pas véritablement une surprise, puisque le président du Parti de la France (PdF) avait déjà au début de l’été annoncé qu’il serait probablement le candidat de la droite nationale et européenne à cette élection.

    Dans sa démarche " pour offrir une perspective de refondation de la droite nationale" qui n’est plus selon lui incarnée par la fille de Jean-Marie Le Pen, Carl Lang sera soutenu par le Mouvement national républicain (MNR) et la Nouvelle droite populaire (NDP).

    Si l’annonce de sa candidature n’était pas une surprise elle attiré néanmoins de nombreux journalistes pour ce point presse qui voient en M. Lang un concurrent direct à la droite de Mme Le Pen, même si celui-ci a tenu à préciser, qu’il ne se présentait pas contre "untel ou untel".

    C’est donc devant un parterre de journalistes fourni que le président du PdF a pu présenter ses thématiques de campagne. Il placé sa candidature sous le signe de la "reconquête" et de "la décolonisation de la France et de l’Europe", soumises à un "processus massif, destructeur, de colonisation migratoire, économique, financière et culturelle".

    Reste au candidat qui se revendique de la "droite nationale, identitaire, populaire et européenne" à franchir l’obstacle des 500 parrainages de maires. Une tâche, difficile mais pas insurmontable, qui est confiée à l’ancien député européen, Fernand Le Rachinel.

    Si dans le camp de Marine Le Pen on feint de ne pas craindre la concurrence de l’ancien numéro 3 du Front national, on reste conscient que sa présence sur le terrain pourrait compliquer la "récolte des signatures".


    Candidature de Carl LANG à l’élection... par Agence2Presse



  • Elections sanatoriales

    logoSenatoriales2011.JPGLe 25 septembre se dérouleront les élections sénatoriales dans le Pas de Calais .4000 grands électeurs seront concernés . L'union des droites nationales conposée du PARTI DE LA FRANCE ( P D F) du MOUVEMENT NATIONAL REPUBLICAIN (M N R )et de la NOUVELLE DROITE POPULAIRE (N D P) ont décidé de proposer une alternative face aux partis traditionnels. 

    Voici les noms composant cette  liste

    Monique Delevallet         Ancienne conseillère régionale

    Yves Darchicourt            Retraité de la fonction publique

    Mélanie Disdier              Commerçante  conseilère municipale et ancienne conseillère régionale

    André Dedourges           Conducteur de travaux en retraite et ancien conseiller municipal

    Dubart Anne Sophie        Aide soignante

    Kleinpeter Jean-Pierre    Commerçant et conseiller municipal

    Wysocki Brigitte             Secrétaire

    Pollet Vincent                 Magasinier

    Monique Debaenst Audegond      Mère de famille

  • Le gouvernement dit économie!

    La guerre en Libye a coûté 320 millions d’euros à la France

     


     

    Le
    ministre de la Défense a indiqué ce mardi que le coût de l’opération en Libye pour la France pouvait être estimé à environ 320 millions d’euros à la date du 30 septembre prochain.
    Cette somme ne sera pas prélevée sur le budget de la Défense, mais «mutualisée dans le budget global» de l’Etat, a poursuivi le ministre qui s’exprimait lors d’un point presse près de Rennes, à l’occasion des journées d’été de la Défense organisées par les deux commissions parlementaires de la Défense.
     
     

  • Université d'été le grand rassemblement

    Université d'été du MNR : du travail et de la convivialité

     

    Ce week-end s'est tenu les Universités d'été du MNR, dans une manade, à côté des Baux de Provence. Elles se sont déroulées dans une ambiance de travail mais aussi très conviviale, en présence notamment d'Annick Martin, secrétaire générale et de Bruno Mégret, Président du MNR, de Carl Lang, président du Parti de la France, de Robert Spieler, Délégué général de la NDP ou encore de Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale. Sympathisants, adhérents et militants de la Droite nationale se sont retrouvés afin d'écouter sur deux jours des interventions brillantes dont le thème central était la démondialisation.

    Ainsi se sont notamment exprimés dimanche ; Yann Philipeau, membre du bureau politique du MNR sur la nécessaire reconquête de la France par les Français face aux défis de l'immigration extra européenne. Michèle Carayon, déléguée régionale du Parti de la France et membre de son Bureau politique sur la reconstruction de la maison France et la nécessaire restauration de nos valeurs face à la mondialisation. Robert Spieler, délégué général de la NDP, a quant à lui désigné les responsables  de l'immigration : les lobbies anti-nationaux, le capitalisme-mondialisme ou encore le dérisoire taux de natalité en Europe. Avant dernière intervenante, Annick Martin, secrétaire générale du MNR a fait le bilan des travaux des deux journées d'UDT. Après avoir rappelé que le mondialisme est avant tout une idéologie avec comme objectif d'organiser la gouvernance mondiale, elle a insisté sur le fait que l'affaissement des frontières dans le monde s'est accompagné d'une uniformisation culturelle et d'une disparition de beaucoup d'identités.

    Annick Martin a ensuite passé la parole pour conclure les différentes interventions des invités politiques à Carl lang, Président du PdF. Celui-ci, lors d'un discours fort et de conviction a rappelé qu'il s'agissait pour les militants de la droite nationale de doter la France d'une nouvelle Droite nationale. D'une Droite rénovée, nationale et européenne. Une Droite forte de ses convictions et de ses valeurs. Il a ensuite développé la question des mesures économiques et financières à prendre face à la nouvelle crise mondiale qui s'annonce.

    L'ensemble des participants s'est ensuite retrouvé autour d'un repas méridionnal traditionnel et la journée s'est terminée en toute amitié, avec des militants regonflés, plein d'espoir et de courage pour affronter les échéances politiques à venir!

    Les photos des UDT dans la rubrique multimédias-photos du site

  • Sud-Radio : des inconvénients qu'il y a à laisser parler l'auditeur ! (par Yves Darchicourt)

    On sait que la station Sud Radio s'est attirée les foudres du "Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme" à la suite de libres propos tenus par des auditeurs, des réactions relatives à l'affaire Strauss-Kahn et à l'intervention supposée d'un certain lobby qui n'existe pas. Effet domino garanti dans ce genre de matière : réactions hérissées des perpétuels indignés du politiquement correct, froncement de sourcils du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel, mise à pied de l'animateur qui n'a pas su "contrôler" ses interlocuteurs... Au pilori Sud-Radio fort suspecte d'être devenue, le temps d'une émission, le porte-voix de judéophobes.

     

    Cette affaire irrite profondément le monde feutrée du prêt à penser médiatique ( où aucun lobby n'interfère évidemment) : doit-on laisser le populo s'exprimer même brièvement sur les ondes ? On connaît la réponse : certainement pas ! Le gaulois moyen n'a pas la "connaissance" du vrai, il n'a pas eu droit à la "révélation" du juste, il n'est bon qu'à réciter les litanies de la pensée unique érigée en Dogme; le vulgaire doit écouter, doit digérer ce qu'on lui dit et ne doit parler que pour dire amen. 

     

    DSK patriote israelienC'est ce qui amène Alain Weill (président du groupe NextRadioTV (RMC, BFM TV) à préconiser la "sélection" des intervenants extérieurs « ce qui est important, c’est ce que nous, on appelle très clairement le casting des auditeurs. C’est un casting, il faut trouver des bons auditeurs, sur le fond évidemment. Il faut faire attention dans la libre-antenne de ne pas avoir des sujets qui provoquent les auditeurs, des catégories d’auditeurs qui peuvent tenir des propos inacceptables à l’antenne et il y a des débats qu’il ne faut pas organiser pour créer l’événement coûte que coûte, parce que le retour de manivelle est très fort et très violent ». ( cité dansPolémia )

     

    Il serait sans doute encore plus prudent pour nos grands "informateurs" de n'avoir recours qu'à des intermittents du spectacle, rémunérés pour lire le texte de leurs questions ou de leurs réactions spontanées... la chose a d'ailleurs déjà été expérimentée, il ne reste plus qu'à la généraliser et la rendre obligatoire !