Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Communiqué de Carl Lang sur les retraites

     

    PARTI DE LA FRANCE

     

     

    Face à la crise : l'exigence du patriotisme social, du protectionnisme économique

    et d'une grande politique familiale.

     

     

    L'état de choc financier, économique et social qui frappe la France exige des mesures urgentes de sauvegarde sociale.

     

    L'agitation médiatico-politique sur la question comptable du financement des retraites cache les véritables défis qui sont ceux de l'activité économique et de la démographie nationale.

     

    Les politiques de bouche-trous, de coups par coups et de rafistolages des gouvernements depuis les années 80 n'ont rien résolu et tout aggravé.

     

    Chacun comprend bien que travailler plus longtemps pour cotiser plus longtemps c'est d'abord pouvoir travailler de manière durable ce qui n'est pas le cas pour des millions de Français au chômage, en intérim, ou qui vont, travaillant par épisodes, de CDD en CDD.

    Il n'y a pas de réponse comptable ou arithmétique au déficit du régime des retraites mais une réponse globale ; économique, démographique et politique.

    Soumettre la France et l'Europe à la loi de la jungle du marché ouvert, du libre-échange et du mondialisme financier et commercial correspond certainement à la vision totalitaire du groupe Bilderberg ou du Fonds Monétaire International (FMI) dirigé par Dominique Strausskahn, mais a pour effets concrets la destruction de notre tissu agricole et industriel, la destruction de nos emplois, la liquidation de notre protection sociale et de notre politique familiale.

     

    Il n'y a pas de cotisations sociales s'il n'y a ni entreprises et ni salariés. Il n'y a pas d'impôts sur le revenu ou sur le capital s'il n'y a ni revenus ni capital.

     

     Le Parti de la France réaffirme la nécessité de protéger nos productions nationales de la concurrence planétaire totale et sauvage en instaurant des droits de douane variables et équitables sur les produits d'importation afin de permettre la relocalisation des entreprises et le développement de nos filières françaises de production et d'emplois. Ces droits de douane seraient affectés en priorité à notre système de protection sociale et au financement d'un statut de la mère de famille française.

     

    Le Parti de la France réaffirme la nécessité de réserver exclusivement aux Français les budgets sociaux et familiaux en particulier les allocations familiales et le revenu de solidarité active.

     

    Le Parti de la France réaffirme la nécessité d'appliquer la préférence nationale puis européenne à l'embauche et d'instaurer une contribution sociale de compensation versée à la caisse d'amortissement de la dette sociale par les employeurs qui embauchent les travailleurs étrangers au détriment des demandeurs d'emplois français.

     

    L'immigration a en effet contribué à ruiner une France en crise économique depuis 30 ans. Il faut que cela cesse.

     

    Exclusivité nationale dans le domaine social, préférence nationale à l'embauche, politique familiale, promotion et protection de nos productions nationales sont les conditions du redressement national, de la reconquête sociale et du rétablissement de notre sécurité économique et de la sécurité de l'emploi.

  • Meurtre d'une policière

    COMMUNIQUE DE PRESSE DU PARTI DE LA FRANCE


    Meurtre d'une policière municipale dans le Val-de-Marne : voilà où mène le laxisme judiciaire



    Jeudi 20 mai, suite à une course-poursuite avec des malfaiteurs qui ont forcé un barrage de police, une policière municipale de Villiers-sur-Marne a été assassinée au fusil d'assaut, son collègue blessé ainsi que plusieurs automobilistes.

    L'extrême violence de ces criminels est à mettre en parallèle avec les sanctions judiciaires dérisoires qu'ils encourent, sans compter la mansuétude systématique de magistrats irresponsables qui leur trouvent toujours des excuses pour atténuer leurs peines ou accélérer leur libération. A cela il faut ajouter le lynchage judiciaire et médiatique des policiers ou gendarmes soupçonnés d'avoir commis une bavure dès lors qu'ils font usage de leur arme, même en état de légitime défense !

    Le Parti de la France est favorable à l'application stricte de la peine de mort pour les "tueurs de flics". La peine capitale doit être rétablie afin que la peur change de camp et que la société soit débarrassée des criminels les plus dangereux.

  • PARTI DE LA FRANCE

     Le 1er conseil national du Parti de la France se réunira

     le dimanche 30 Mai à Paris.

     

  • Sécurité

    Communiqué de presse de Carl LANG

    Président du Parti de la France

    Escalade de la criminalité : mais que fait Sarkozy ?

    Dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu'ils intervenaient dans la cité du Nord à Drancy (93) pour mettre fin à une rixe entre deux bandes de voyous, des policiers de la BAC ont d'abord été caillassés puis ont été la cible de coups de feu ne faisant miraculeusement aucun blessé.

    L'absence flagrante de volonté de la part du gouvernement Sarkozy de mettre hors d'état de nuire les bandes ethniques qui imposent leur loi dans les zones dites "sensibles" devient absolument insupportable pour les Français.

    Le Parti de la France réclame que les ordres et les moyens nécessaires soient donnés aux policiers pour assurer la sécurité partout en France, que la justice française mette un terme au laxisme criminel dont elle fait preuve et que les délinquants étrangers soient expulsés de notre pays dès le premier délit pénal commis.